La Mésange verte Consultante pour la revue spécialisé "Le Cahier du fleurissement"

La Mésange verte Consultante pour la revue spécialisé  Le Cahier du fleurissement

La Mésange verte Consultante pour la revue spécialisé "Le Cahier du fleurissement"

 

Des nichoirs pour les oiseaux

L’installation de nichoirs permet de faire face à la diminution alarmante des populations d’oiseaux dans nos campagnes et, ainsi, de préserver notre biodiversité ordinaire. Autre avantage,et pas des moindres : lutter de façon biologique contre les ravageurs du patrimoine arboré et les nuisibles comme le moustique tigre !

 

 

 

 

Trois arguments majeurs jouent en faveur de l’installation de nichoirs dans vos communes. Tout d’abord, ils permettent de répondre à la baisse drastique du nombre d’oiseaux en France.

En effet, au cours des dix dernières années, leur nombre a chuté de 30 % dans nos campagnes françaises. Pourtant, ceux-ci sont des prédateurs naturels qui aident agriculteurs et gestionnaires d’espaces publics à lutter contre les ravageurs des cultures et du patrimoine arboré. La preuve ? “Durant l’hiver, en période de disette, un couple de mésanges peut manger un nid entier de processionnaires du pin en un jour” confie Jocelyne Camérani, gérante de la Mésange Verte, société spécialisée dans des solutions alternatives de lutte raisonnée face aux ravageurs du patrimoine arboré. Dernier point : la fabrication de ces nichoirs avec les enfants est un formidable moyen de les sensibiliser à la nécessité de préserver nos populations d’oiseaux et notre biodiversité ordinaire. Ne nécessitant que peu de matériels et de moyens, la fabrication de nichoirs permettra aussi d’impliquer les employés communaux et les jardiniers, qui prendront plaisir à partager leur savoir-faire.

 

Des nichoirs à mésanges pour lutter contre les ravageurs

Face aux préoccupations environnementales, la lutte avec des auxiliaires se développe. “Les mésanges, espèces protégées, sont toutes trouvées pour enrayer la propagation de divers ravageurs tels que la pyrale du buis ou la processionnaire du pin, méthode d’ailleurs recommandée par l’INRA. Il s’agit de favoriser leur sédentarisation par l’installation de nids adaptés, en leur proposant un point d’eau car elles boivent autant qu’elles se nourrissent” précise Jocelyne Camérani dont la société propose des nichoirs à mésange en kit. A savoir que pour une lutte efficace contre la processionnaire du pin, l’entreprise a conçu et développé le collier Ecopiège® qui agit de façon mécanique lors de la descente et procession des chenilles.

Les dimensions, ainsi que le diamètre du trou d’envol varient donc d’une espèce à l’autre. En général, pour les mésanges, la distance entre le trou d’envol et le fond du nichoir doit être supérieure à 15 cm, et le plancher mesurer au moins 10 x 10 cm pour avoir suffisamment de place pour afin d’accueillir les petits. Concernant le diamètre du trou d’envol, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) préconise “un diamètre de 28 mm pour les petites mésanges, comme la mésange bleue, la mésange huppée, la mésange nonnette ou la mésange noire. Pour les mésanges charbonnières, un trou d’envol de 32 mm est parfait pour recevoir une famille de mésanges charbonnières ou bien aussi de moineaux”. Le tout est donc d’offrir un nid adapté aux espèces présentes, la LPO offrant un appui technique aux communes sur demande.

 

Quel matériel ?

La fabrication d’un nichoir est facile, peu coûteuse et nécessite peu d’outils. Pour un nid à mésanges, voici les ingrédients principaux :

  • outils : marteaux, éventuellement tournevis, outils pour la découpe du bois (disqueuse/meuleuse avec disques à bois, scie sauteuse, scie égoïne manuelle ou électrique, scie cloche…) ;
  • du bois non traité, naturellement résistant, tel que du mélèze, cèdre, pin, douglas, épicéa, chêne, robinier… Des planches d’une épaisseur de 1,5 à 2,5 cm suffisent. Il est important de garder une couleur neutre, mais vous pouvez le cas échéant enduire l’extérieur de lasure à l’eau/ peinture écologique, et cela plusieurs semaines avant de poser le nichoir ;
  • des clous ou vis, en acier galvanisé de préférence pour la longévité de l’installation. La colle est déconseillée car elle gêne la ventilation et le drainage de l’eau ;
  • un patron de la forme du nichoir, pour pouvoir réaliser les bonnes découpes et assembler dans l’ordre le socle, les parois latérales, le toit.

 

Des ateliers avec les enfants

La construction de nichoirs avec les enfants est un bon moyen de réaliser en un temps éclair de nombreux nichoirs, tout en leur offrant un moment de convivialité autour de la protection de la nature. A l’image de l’expérience retracée par Thierry Suire, responsable du service Espaces verts de la commune du Passage d’Agen, où la municipalité s’attache à impliquer les enfants et les jeunes dans de nombreuses actions collectives en faveur de l’environnement. “Sur l’initiative des institutrices qui désiraient organiser une activité en lien avec l’environnement, nous avons animé un atelier avec 2 classes de primaire, durant une après-midi, chaque agent ayant à charge un groupe de 3 à 4 enfants. Après une heure d’introduction sur les oiseaux, leurs bénéfices, la nécessité de les préserver, les enfants se sont lancés dans la construction de pas moins de 50 nichoirs, équipés de gants prêtés par les parents. C’est un des papas travaillant dans une scierie qui a fourni les planches de bois déjà découpées aux dimensions demandées. Gants et clous ont également été fournis par les parents, tandis que les enfants ont eu la mission de trouver des matériaux divers pour décorer les abris (branches, mousse, lichen, brindilles, rondelles de bois…). Une fois le tout assemblé, les nichoirs ont été installés dans la cour d’école, au sein du jardin des découvertes, au niveau de la Promenade des poètes. Avec beaucoup de résineux sur notre territoire, les nichoirs participent ainsi à notre lutte contre la processionnaire du pin et viennent en appui des colliers Ecopiège®”. Aussi, des abris à chauve-souris ont été réalisés dans le cadre de chantiers citoyens avec des adolescents, cet animal étant friand de papillons nocturnes, d’insectes et de moustiques !

 

Des kits prêts à monter

Plusieurs sociétés proposent des nichoirs prêts-à-monter, à l’image de la Mésange Verte (pour les mésanges donc) ou encore de Gardif qui, à travers sa marque Natures Market, offre une large gamme de mangeoires et nichoirs pour une diversité d’oiseaux. Comme l’explique Bruno Van Elslande de Gardif “nos produits sont fabriqués en France, à partir de pin douglas du Jura, naturellement imputrescible. Avec le souhait de développer des activités ludiques et de sensibilisation à la nature, nous proposons aux communes des kits intégrant tout le matériel nécessaire aux ateliers scolaires, périscolaires et centres de loisirs”. Planches découpées et trouées, porte-clous, notices d’informations et de montage, fresques à colorier (thématiques printemps et automne), fiches à lire, à découper et à coller : l’offre proposée est complète.

Voici donc de quoi construire avec les jeunes (ou les moins jeunes) des nichoirs qui seront profitables à la sauvegarde des oiseaux de nos campagnes !

 

QUELQUES CONSEILS PRATIQUES

  • La pose de nichoirs peut être réalisée toute l’année, mais la période optimale est l’automne ou au début de l’hiver, afin d’offrir un refuge hivernal aux oiseaux sédentaires tels que les mésanges.
  • L’environnement à proximité des nichoirs doit idéalement offrir baies et fleurs et être géré sans pesticides.
  • Il faut respecter des distances minimums entre nichoirs, afin de ne pas engendrer de compétition entre les couples ou entre les espèces. Ainsi, pour les mésanges, placer chaque nid à au moins 20 m les uns des autres. L’INRA préconise une densité de 1 nichoir/150 m2.
  • Privilégier une orientation est, sud-est, voire nord-est pour les nichoirs à mésange.
  • Orienter le trou d’envol à l’opposé des vents dominants pour éviter l’entrée de pluie dans le nid (attention aussi aux branches horizontales à proximité qui sont un perchoir parfait pour un chat chasseur).
  • Proposer un point d’eau à proximité pour favoriser l’installation des mésanges : celles-ci boivent autant qu’elles mangent !
  • Bien fixer le nichoir et vérifier chaque année l’attache : corde nylon, fil électrique gainé, fil galvanisé, fil de fer, vis et platine sur mur… Attention : n’utilisez en aucun cas des clous qui blesseraient l’arbre !
  • Penser à nettoyer les nichoirs après la période de nidification  (vers fin août) : enlèvement des matériaux et déjections, brossage de l’intérieur, nettoyage éventuel à l’eau. Il est aussi conseillé de les nettoyer à la fin de l’hiver pour qu’ils soient propres lorsqu’un couple d’oiseaux cherche un endroit pour s’installer (février).

 

 

Les cahiers du Fleurissement / Janvier 2020

 

 

 

 

 

Retour

 

Actualités

FAQ

Nos Produits