Accueil > Un jardin sans pesticides, ...

Conseils - Un jardin sans pesticides, c'est bien pour la processionnaire

Un jardin sans pesticides, c'est bien pour la processionnaire (17-03-17)

Un jardin sans pesticides, c'est bien pour la processionnaire

Un jardin biologique, sans insecticide est respectueux de la biodiversité. C'est dans l'air du temps, mais il est véritablement essentiel de respecter l'équilibre naturel entre nuisibles et auxiliaires de lutte. Ces bienfaiteurs de notre jardin ne pourront être présents si vous utilisez des pesticides. c'est d'autant plus vrai pour la processionnaire!

 

Depuis les dix dernières années, le Grenelle de l'environnement nous parle protection de l'environnement et de plan Ecophyto. Ces derniers visent à réduire  d'au moins 50% l'utilisation des pesticides dans les zones agricoles et non agricoles en 2018.

Les zones agricoles peinent à suivre ces préconisations:

même si  une avancée s'amorce, les progrès sont lents 5,8% de baisse en 2015 et à peine plus de nos jours, alors que le plan Ecophyto visait 25% en 2020. L e secteur agricole peinera à atteindre ses objectifs.

Les Zones Non Agricoles, mieux notées:

pour les zones non Agricoles ou JEVi (Jardins, ESpaces Végétalisés Infrastructures, dans le jargon professionnel), le progrès est plus sensible en 2015 avec 14% de réduction et des réductions de plus en plus notables ces deux dernières années. Les collectivités et leur Zéro Phyto, ainsi que les jardiniers amateurs sont donc les bons élèves de ces nouvelles orientations écologiques.

 

 

La conscience collective de l'écologie doit encore gagner du terrain:

nous devons tous être conscients des risques liés à l'utilisation  de pesticides pour la biodiversité, notre santé,et celle des futures générations. Les médias nous en parlent depuis de nombreuses années déjà et les mentalités changent.

La biodiversité favorise les prédateurs naturels dans la lutte alternative:

Les parasites naturels, mouches, guêpes sont des auxiliaires particulièrement efficaces qu'il faut préserver par l'absence de pesticides. Pour la processionnaire, une cohorte de prédateurs peuvent être présents si nous sommes respectueux.

 

 

Les mésanges:

elles sont le principal prédateur de la processionnaire, visibles ou repérables grâce à leur chant, un individu peut vider à lui tout seul  un nid en période de disette ou d'élevage des oisillons. Il faut donc péréniser son installation par des nichoirs, mais aussi lui premettre de consommer des insectes non traités.

http://www.lamesangeverte.com/38-nichoirs-a-mesanges-a-installer-avant-les-processions.html

 

 

les parasites naturels:

mouches guêpes sont des auxiliaires particulièrement efficaces. Ils prédatent à tous les stade de la vie du nuisible, oeufs, larves, et processions; les auxiliaires pondent dans le corpsde l'insecte ciblé. De ces oeufs écloront de jeunes larves qui se développeront dans le corps de l'hôte parasité et causeront sa mort.                      

Ces prédateurs naturels  réduisent  notablement la population du nuisible, et même si vous ne les voyez pas à l'oeuvre, ils sont bien là, particulièrement au moment des processions où la chenille devient plus vulnérable.

Scarabé Grand calosome, prédateur à tous les stades de la processionnaire, est un redoutable ennemi de nos chenilles urticantes.

N'oublions pas aussi:

-les chauves -souris, prédateurs des papillons, stade adulte de la processionnaire,

-les huppes fasciées, prédaterurs des chrysalides (elle peuvent prédater jusquà 80% des chryalides selon un chercheur italien).

-les coucou-geais

- l'engoulevant

Tous ces auxiliaires sont précieux dans la lutte alternative  et naturelle contre la processionaire. Il est donc très important de ne pas pulvériser votre jardin ou votre espace vert avec des pesticides qui auront inévitablement un impact sur la faune auxiliaire.

http://www.lamesangeverte.com/23-l-usage-des-phytosanitaires-dans-le-colimateur-les-traitements-contre-la-chenille-processionnaire-sont-concernes.html

N'oubliez pas non pllus que certains produits nocifs pour notre santé persistent longtemps dans le sol, mais aussi sur nos tapis,et notre intérieur. Limitons notre impact sur la nature pour que les généraitons futures puissent vivre dans un environnement préservé.

 

 

Retour