Accueil > Retirer le sac collecteur et ...

Conseils - Retirer le sac collecteur et l'incinérer

Retirer le sac collecteur et l'incinérer (06-05-16)

Retirer le sac collecteur et l'incinérer


 Il faut détruire les chenilles au stade chrysalide afin d’assurer la destruction à un stade inerte beaucoup moins dangereux que le stade chenilles. Après leur descente vers le sac, les chenilles mettront entre 2 semaines et 1 mois pour commencer leur transformation en chrysalides. Il faut donc attendre cette période pour détruire le sac de collecte et son contenu.

 


 

La période des processions est arrivée à son terme et il faut penser maintenant à la destruction du sac de collecte du collier Ecopiège® :


1) Comme préalable à cette destruction, déterminer la fin des processions


a) Vous connaissez la date des dernières processions :
Rajouter 30 jours pour déterminer la date à laquelle vous effectuerez cette destruction
  
b)  Vous n’avez pas connaissance des dernières processions
- En altitude et au Nord Est de la Loire : destruction fin mai
- Autres régions de France : destruction fin avril
 
 


 

 

II) Comment détruire le sac collecteur du collier Ecopiège®


1) Contenu hautement urticant

Le contenu du sac de collecte est certes bien moins dangereux que des chenilles encore au stade de la procession, mais des poils urticants lâchés lors de l’enfouissement subsistent dans la terre. On ne peut donc pas prendre le risque de secouer ce sac pour le vider sans encourir le risque d'une urtication. En effet les poils présents se disperseraient en nuage dans votre environnement, vous contaminant au passage. La chrysalide est elle-même constituée des peaux de l’ancienne chenille et de ses poils. Même si l’emballage de la chrysalide est compact, il reste dangereux. On comprend donc bien pourquoi il est nécessaire d’incinérer le sac et son contenu sans le vider.
                
2) Une incinération obligatoire

Détruire par le feu est le moyen le plus radical pour éliminer le potentiel urticant des poils de la chenille processionnaire. Cela n’est certes pas très écologique, mais face au danger que représente l’insecte, le brûlage reste la solution la plus rationnelle. Vous avez un incinérateur avec couvercle, c’est la meilleure façon de vous débarrasser du sac et son contenu. Ainsi vous écartez tout danger avec des poils qui pourraient repartir en suspension dans l’air lors de la combustion. Pour cela, vous devez faire un feu conséquent avant d’y mettre le sac de collecte. Ajouter un mouillant inflammable, sans secouer le sac, est aussi une solution avant l’incinération. Cela permet d’une part de mouiller et d’éviter ainsi le côté volatile des poils, mais aussi de brûler de façon efficace les chenilles qui sont extrêmement coriaces à brûler. Sinon envoyez votre sac vers un incinérateur homologué.
 
3) L’ébouillantage, inefficace et dangereux

 a) La Mésange Verte a testé pour vous la destruction par ébouillantage

Nous avons versé 5 litres d’eau bouillante dans un sac collecteur test contenant très peu de chrysalides placées dans un bidon. Nous avons en même temps chassé l’air présent dans le sac en mettant du poids sur ce dernier. Après une nuit de macération nous avons trié à main nue les chrysalides (2 personnes ont fait le test). Nous n'avions qu'un arbre très peu infesté car nous n'y avions trouvé que 10 chrysalides. Les 2 testeurs ont souffert d’urtications légères mais présentes pendant 5 jours.
Cette méthode n’est donc pas suffisante pour supprimer le potentiel urticant des poils présents dans le sac de collecte.

 b) Enfouir un contenu hautement urticant

Enterrer le contenu d’un sac collecteur après ébouillantage ou après avoir noyé les chenilles (et non pas les chrysalides) est très dangereux et l’enfouir le reste presque autant. En effet cet enfouissement représente un danger, aussi bien pour l’utilisateur qui manipule un substrat fortement urticant, mais aussi parce que votre animal domestique, ou même des enfants, peuvent creuser à cet endroit et se trouver en contact avec les poils allergènes. Vous-même pouvez oublier l’endroit exact de cet enfouissement et venir creuser à cet endroit. Dernier risque, ne pas enterrer assez profondément le contenu et voir des chrysalides indemnes ressortir cet été au stade papillon. Au fil des années, avec des enfouissements successifs, votre terrain deviendra un véritable champs de mine !

II) Réassortir le collier Ecopiège© pour la nouvelle saison

Il faudra remplacer le sac collecteur détruit par un nouveau dès l’apparition des premiers nids d’hiver. Dans tous les cas, il est nécessaire de faire le réassortiment dès mi-octobre sur la façade atlantique ainsi que sur les zones de climat océanique dégradé (régions proches de cette zone et qui sont concernées par ces processions précoces). Pour les autres régions, remplacer le sac du collier Ecopiège® dès début décembre.
 
 
 
 
 

Retour